Et puis un jour une petite tête apparaît par le trou. L’oisillon a grandi et les parents le laissent parfois quelques minutes tout seul.

Par ce hublot ouvert sur le monde, il découvre la forêt dans laquelle il évoluera bientôt en toute liberté. Sa curiosité est insatiable. Le moindre bruit retient son attention, le moindre mouvement attire son regard. Par moments il disparaît se reposer au fond du nid puis il réapparaît, scrutant tout autour de lui cet univers mystérieux qui l’entoure. Souvent il lance de petits cris au ciel, semblant attendre une réponse, qui ne vient pas. Est-il inquiet de l’absence prolongée de ses parents ? Est-il simplement en train de les appeler pour réclamer sa pitance ?

Mais finalement son père revient au nid et il n’est plus qu’un bec béant avide d’avaler la nourriture qu’on lui rapporte.